Coutumes et traditions de mariage du Kirghizistan

Dans tous les pays, les parents se soucient de l’avenir et du bien-être de leurs enfants.

L’une des coutumes les plus importantes des Kirghizes avant d’organiser un mariage pour leur fils est le « Seillkeu salou« – cérémonie de mise des boucles d’oreilles, qui se déroule dans la maison de la future mariée. La mère du marié met des boucles d’oreilles sur la future mariée de son fils, et le marié paie « kalyn », c’est-à-dire la rançon aux parents de la mariée. Chaque région a son propre montant pour « kalyn« : à Naryn, en moyenne, il varie de 100 à 130 000 soms; Chui – 80-100 mille soms, Osh et Jalal-Abad 100 – 130 mille soms, Batken 90 – 100 mille soms; Issyk-Koul 70 – 100 000 soms; Talas 160 – 180 mille soms. Les montants sont cités à partir de la moyenne, bien que de nombreux Kirghizes puissent en discuter.

Les futurs « koudalars« , c’est-à-dire les marieurs, font connaissance quelques mois avant le mariage, afin qu’il y ait suffisamment de temps pour préparer le mariage. En règle générale, la connaissance a lieu dans la maison de la future mariée ou dans un restaurant, où les parents de la mariée sont invités par les parents du marié.

Le mariage dure plusieurs jours, ils organisent d’abord « Kyz ouzatou« , qui se traduit par « accompagner la mariée« . Il s’agit généralement d’une alternative au mariage, lorsque la mariée a de nombreux parents et qu’il est impossible d’inviter tout le monde à la célébration principale, car il n’y a pas suffisamment de places attribuées aux côtés du marié. La fête est financée par la mariée. Le gros des convives est aussi de son côté.

Enfin, le jour du mariage arrive. Seulement au Kirghizistan, vous pouvez apporter 100 $ dans une enveloppe à un mariage et le donner au marié, et après un certain temps, être doublement heureux de voir le même argent à votre mariage. Ce système au Kirghizistan est appelé « extra« , il sert d’assistance matérielle aux organisateurs du mariage. La saison des mariages la plus chaude au Kirghizistan est considérée comme la fin de l’été et le début de l’automne, généralement à cette époque, le peuple kirghize commence à organiser des mariages à grande échelle, ce qui est très pratique pour la vente de bétail, de légumes et de fruits.

Il est de coutume d’inviter au mariage tous les amis, anciens camarades de l’école, collègues et voisins, de sorte que le nombre d’invités dépasse une centaine de personnes. Selon le principe des commentaires supplémentaires, chaque invité doit donner sa contribution au présentateur – en moyenne, de 2 à 10 000 soms. Si vous apportez cinq mille soms au mariage de votre parent aujourd’hui, il apportera au moins 5 mille soms à votre mariage. C’est comme un prêt sans intérêt. En fait, les Kirghizes qui se rendent aux mariages « doivent » toujours de l’argent, ou d’autres leur « doivent ».

De nombreux Kirghizistan, pour ne pas oublier, tiennent également des cahiers dans lesquels ils indiquent combien d’argent les parents du marié ou le marié lui-même devraient apporter pour leur futur mariage. Également au mariage sont « œkul ata » et « œkul apa » (parrains et marraines) des jeunes mariés. Œkul ata et œkul apa ne peuvent être qu’un couple marié. Ils sont attribués à la mariée par le marié. C’est comme ses parents nommés qui la soutiendront dans une nouvelle famille. Ils ne peuvent être choisis que par les parents du marié ou le marié lui-même.

Après la fin de tous les événements précédents, les parents de la mariée invitent leur fille, leur gendre et les marieurs à leur rendre visite. Cette rencontre s’appelle « tœrculeutuu« , ce qui signifie que maintenant le chemin de la nouvelle épouse vers la maison parentale est ouvert. Avant cet événement, elle ne peut pas rentrer chez elle selon la tradition, mais dans les réalités modernes, il y a des exceptions. Encore une fois, quelques plats chauds et encore des cadeaux en cadeau. Rencontrer les marieurs dans un environnement plus proche et plus confortable.