Les nomades kirghizes et leurs chevaux

Le peuple kirghize accordait une attention particulière à l’élevage de chevaux. Les Kirghizes montaient à cheval et les utilisaient pour se déplacer en plus étaient un moyen d’afficher leur statut. On peut dire que le cheval était universel dans tous les sens de la vie d’un nomade, et sa viande et son lait étaient largement utilisés pour l’alimentation, de la peau et de la queue pour faire des fils et des cordes.

Le cheval kirghize appartient à l’ancienne race turco-mongole. La race kirghize n’était pas très grande, mais elle était assez forte et robuste et en même temps elle était très confortable à monter. Cette race de cheval était calme et facile à dresser.

Les Kirghizes, qui élevaient des chevaux, connaissaient depuis l’Antiquité le caractère de chaque cheval et ne pouvaient déterminer l’âge qu’en regardant ses dents.

Pour faciliter la navigation dans l’âge et définir certaines préférences, les Kirghizes utilisaient des noms d’âge pour les chevaux, par exemple, « Zhabagy » – un poulain jusqu’à six mois; « Kulun » – un poulain jusqu’à un an; « Tai » est un étalon d’un an ; « Kunan » est un étalon de deux ans; « Byshty » – à trois ans (les adultes peuvent monter à cet âge, avant trois ans, seuls les enfants peuvent monter); « Asy » – à quatre ans (à partir de la cinquième année, on l’appelle un « asy », puis deux « asy » et trois « asy. » – l’age quand le cheval peut vraiment atteindre son plein potentiel);

Le cheval femelle s’appelle « Bèe »

« Kunan Baital » – un cheval femelle de deux ans

« Byshty baital » – un cheval femelle de trois ans

« Baital » – un cheval femelle à partir de deux ans, sans poulain.

« Aygyr » un mâle n’est pas castré;

« At » – mâle castré;

Aussi, les Kirghizes distinguent les chevaux non seulement par l’allure mais aussi par le caractère:

« Jourmal » est le cheval le meilleur et le plus silencieux qui puisse parcourir de longs chemins.

« Jartak » – un cheval fringant commence à se déplacer rapidement

« Tchars » – cheval agressif, énergique et sauvage

« Chynkeur » ou « Jataak » – calme, mange peu, mange de l’herbe de manière sélective, sinon un bourrin mince.

Souvent les gens disent des noms comme « Arghymak » – des chevaux asiatiques de pur sang coûteux comme les chevaux arabes, Akhal-Teke pour l’équitation. Ce sont les chevaux avec lesquels et pour lesquels il y a eu des disputes, des échanges et des paris.

Zhorgo – meneurs à grande vitesse, avance en soulevant deux jambes de chaque côté à la fois. 2 sabots frappant le sol sont clairement audibles.

Il est impossible d’imaginer le jeu national Kok Boru sans la participation de chevaux. Des chevaux robustes spécialement entraînés participent à un jeu où ils doivent avoir une grande vitesse, de l’agilité, de la force physique pour pousser l’adversaire hors du cercle et un sens du partenariat avec le cavalier. Tout cet ensemble se reflète dans la qualité et le divertissement du jeu kirghize Kok Boru (Ulak Tartysh).

Beaucoup d’invités arrivant au Kirghizistan se familiariseront certainement avec la culture locale des nomades et, bien sûr, avec les chevaux kirghizes dans leur environnement habituel dans les pâturages kirghizes « jailoo ». D’ailleurs, il y a même le nom du village signifiant la tête d’un cheval « At Bashi » dans la région de Naryn, cette région se distingue par un grand nombre de bétail au Kirghizistan.

En voyageant en Asie centrale, notamment au Kirghizistan, vous pourrez monter à cheval sur des itinéraires spécialement aménagés pour les touristes. Ces itinéraires équestres touristiques touchent des lieux tels que le lac de haute montagne Son Koul, situé au cœur de la chaîne de montagnes Tien Shan; La perle du Kirghizistan est Issyk-Koul, la côte sud, particulièrement pratique pour l’équitation, avec son paysage inhabituel et varié et ses chasseurs avec des aigles apprivoisés.

Beaucoup de gens ont visité le Kirghizistan pour s’intéresser à l’équitation, mais il y a aussi ceux qui considèrent les chevaux kirghizes plus que le transport ou le divertissement. La chercheuse Jacqueline Ripard de France affirme que le cheval kirghize est l’un des plus vieux du monde et qu’il est bien adapté aux hautes terres. Elle a travaillé avec des chevaux d’élevage dans presque tous les continents où les sabots des chevaux ont marché. Pendant 6 ans, elle a fondé l’organisation non gouvernementale Kyrgyz-Aty au Kirghizistan, où des experts locaux et étrangers travaillent à la restauration de chevaux pur-sang kirghiz.